Ephemerides
Cela s'est passé un
15 novembre...
1998Zurich-LS 3-3
1997YB - LS 1-4
1951Viktor Zvunka
hier autre date demain
rejoins-nous
Inscris-toi à notre liste de distribution et reçois toutes les infos du groupe par mail.
 
Blue-White Fanatic Kop
Case Postale 141
1018 Lausanne 18
079 - 726 83 05
CCP 10-13627-3
info@bwfk.com

- - - -
facebook - inscriptions - forum ls - classement - live radio
Saison 2008-2009
FC Lugano - LS (LNB) 1-0 (1-0)

dimanche 26 octobre 2008  -  Cornaredo
 
Le bad beat du LS
Si la vivacité d’un club se mesurait uniquement à travers l’engouement de ses supporters, leur capacité à remplir leur stade et leur force de mobilisation à l’extérieur, St-Gall ne serait pas en LNB. Sion aurait gagné quelques titres de champion de plus dans les années 90. Grasshopper ne serait pas le club le plus titré de Suisse. Et le LS jouerait en 3è ligue.

Ça devient parfois pesant d’être une poignée à se secouer pour encourager le LS, alors qu’ils sont 30 fois plus à le dégommer sur les forums et 10'000 au Café du Commerce. Si une fois par saison le quinzième de tous ces Docteurs ès virtuel venait à l’extérieur à tour de rôle, on serait des centaines à chaque déplacement. Sans parler de ceusses qui causent à longueur d’année du LS sans jamais foutre les orteils à la Pontaise.

Résultat des courses, huit habitués du BWFK sont au départ de la Pontaise ce dimanche pour se rendre au Cornaredo, où nous sommes heureux de retrouver trois membres Tessinois et quelques indépendants. Avec le renfort de zéro Rabioso, le match contre le co-leader se déroulera donc devant un bloc visiteur vide. A noter que l’excellent début de championnat de Lugano (9 matches et 8 victoires pour un nul) ne soulève pas non plus l’enthousiasme outre-Gothard, en témoigne l’affluence ridicule d’un millier de spectateurs bien comptés. Mais dans quelle misère le foot Suisse est-il tombé ?

Afin de s’occuper durant le voyage, et pendant que les plus jeunes se remettent d’un samedi soir visiblement agité, une partie de poker est improvisée. Evidemment, personne n’a pensé à prendre avec lui sa table de casino ni sa mallette de jetons, une halte au premier restoroute s’impose donc. Une fois les achats effectués (un paquet de pâtes), c’est une partie endiablée de no limit Hold’Em qui débute, avec des blindes de une cornette/deux cornettes, et le flop disposé de telle façon qu’il se reflète dans le pare-brise, afin de permettre au chauffeur de jouer avec nous. Les Boxers commencent à déserter les glacières, suivies de près par quelques Smirnoff Ice pour ceux qui préfèrent déjeuner sucré. Une improbable compil disco-rock par là-dessus suffit à faire se dérouler cet aller particulièrement vite.

Autant le dire de suite, ce ne fut pas le cas du premier quart d’heure du match, qui donna l’impression de durer à lui seul trois fois la durée du déplacement. Avec des bleus et blancs privés de ballon et des Tessinois qui faisaient honneur à leur rang, on se demandait bien combien notre équipe allait en prendre de plus, après l’ouverture du score express de Renfer. Mais petit à petit, le LS a commencé à poser son jeu. En l’absence de Malacarne, suspendu et un peu moins étincelant ces derniers temps, la défense s’est comme prévu réorganisée autour du duo Eli/Sonnerat. Au milieu, Diogo a livré son meilleur match depuis LS-Thoune, bien épaulé par la folle débauche d’énergie de Rey, parfois à la limite de carton jaune (notamment sur un croche-pied de cour d’école en seconde mi-temps). Balthazar a pour sa part abattu presqu’autant de travail qu’à Servette il y a deux semaines. Et devant, si Boughanem n’a pas été transcendant, Drago a été un danger quasi constant lors des poussées lausannoises. Soulignons enfin que le duo Tessinois en attaque a livré un bon match, bien soutenu par ce poison de Laborde Leon, ce qui ne fait que mettre en évidence le bon travail de Favre, qui a sorti le grand jeu à plusieurs reprises.

Ainsi, le LS s’est créé plusieurs occasions en première mi-temps, dont un coup de tête de Balthazar miraculeusement sorti par Proietti en corner, et une tentative de tir croisé de Drago, bien lancé en profondeur et qui prend un peu la balle comme elle vient. Juste avant que l’arbitre Hänni – excellent – ne siffle la pause, une roquette de Diogo sur le poteau, suivie d’une tête légèrement trop enlevée de Balthazar ne feront que raviver les regrets : autant après 12 minutes il y aurait pu avoir 2-0, autant à la mi-temps une parité de 2-2 aurait été un minimum.

En seconde période, malgré une dizaine de minutes de fléchissement – exactement comme en Coupe contre Gzamagz – le jeu fut lausannois. A l’exception de la toute fin de match, pendant laquelle les Luganais n’ont quasiment fait que subir, l’adversaire n’a jamais renoncé à tuer la partie, les deux équipes offrant de fait un bien joli match à la maigre assistance. Une équipe volontaire, déterminée, qui se crée des occasions, commence avec deux attaquants pour finir avec trois, voilà ce que les supporters attendent ! L’abattement des joueurs après les trois coups de sifflet finaux était révélateur de l’immense frustration de ne pas avoir été justement récompensés.

Les derniers matches lausannois dessinent une tendance qui donne à penser : l’impression que le LS se hisse ou descend au niveau de chaque adversaire, sans que cela ne lui suffise pour passer l’épaule. Contre des équipes plus faibles, comme Servette, Gossau ou Wohlen, les Vaudois n’ont pas été capables de gagner, présentant un jeu en-deçà de leurs possibilités. Contre les deux meilleures équipes rencontrées cette saison, Gzamagz et Lugano, les Lausannois ont vraiment augmenté leur niveau de jeu, rendant une copie très correcte et par moment vraiment bonne, sans pour autant éviter la défaite. Je vous promets que si le LS évolue contre Stade Nyonnais comme au Cornaredo, les cousins vont prendre une sacrée branlée…

Alors les gars, puisque l’équipe n’est pas capable de jouer à 100% toutes les rencontres, je vous propose de tenter de faire l’inverse : jouez à votre top niveau contre les « petits » vous suffira pour engranger à chaque fois les 3 points de la victoire. Et contre les vraiment forts, perdu pour perdu, laissez glisser. Pourquoi se casser le cul s’il manque à chaque fois le fifrelin pour arracher le nul ? Mes pronostics pour les trois prochains matches : LS-Stade Nyonnais 5-0, Concordia-LS 0-3, LS-St-Gall 0-6. Six points, c’est toujours mieux que deux nuls et une défaite mortifiante.

Le retour fut tranquille, bercé par la B.O. sublime d’Orange Mécanique et les relances à huit cornettes. La partie s’arrêtera après que j’aie misé tout mon gobelet (au bas mot 45 cornettes) contre Tapo avec un brelan d’as floppé. Il avait le dernier as en main, avec un meilleur kicker… Un bon match de poker, solide, et tout perdu à la fin : entre le LS et moi, c’est vraiment une histoire d’amour.

Martin


[ 1 commentaire ]
2/11/2008 - 00:30  Gaby
Bonjour Martin,

Dans la poignée d'indépendants (mais véritables supporters du LS !) présents au Cornaredo, il y avait mes enfants, mon mari et moi ! Nous sommes venus vous encourager à la mi-temps, mais comme nous étions dans la tribune, nous y sommes retournés... supporters OUI mais derrière les buts du Cornaredo NON !

On vous a admiré d'autant plus que vous aviez vos billets pour les tribunes principales.

Sur le chemin du retour, nous étions juste derrière vous jusqu'à l'entrée du tunnel de Gothard. Nous pouvions observer que dans votre mini-bus, on se tenait plutôt tranquille au retour d'une défaite... Nous pouvions distinguer le remplisseur de gobelets (mais du coca et non pas du Chasselas).

En cas de victoire, le choix de la boisson est-il adapté aux circonstances du moment ?

Bien à vous tous et au plaisir d'un prochain contact

Gaby


article posté le 27/10/2008 15:25 imprimer cet article version pdf

  • Galeries en rapport avec ce match:
  • Galerie FC Lugano - LS (LNB)
    [ poster un commentaire ]
      Pseudo    
      Pwd   
      créer un compte
      password oublié
     
    déplacements
     
    retour au sommet de la page

    infos - contacts - site officiel  

    réalisation BWFK 2004