rejoins-nous
Inscris-toi à notre liste de distribution et reçois toutes les infos du groupe par mail.
 
Blue-White Fanatic Kop
Case Postale 141
1018 Lausanne 18
079 - 726 83 05
CCP 10-13627-3
info@bwfk.com

- - - -
facebook - inscriptions - forum ls - classement - live radio
Saison 2007-2008
FC Baulmes - LS (Coupe) 0-2 a.p. (0-0, 0-0)

samedi 20 octobre 2007  -  Sous-Ville
 
Sans plomb, t'es en huitièmes!
Le tirage au sort dirigé régionalement nous avait donc réservé un retour à Baulmes, petit bled sympathique où nous n’avions somme toute pas beaucoup de bons souvenirs sportifs jusqu’à ce samedi. Reste que cette absurdité de plus à mettre au compte du génial sponsor de la compét’ ou des dirigeants du foot qui lui lèchent les bottes comme des bichons maltais de base, cette connerie de tirage dirigé donc enlève encore quelques grammes de magie à cette Coupe de Suisse qui n’en avait pas besoin.

Aux premiers tours de le cucup, on aura donc le choix les prochaines années entre Echallens, Baulmes, Nyon, Echallens ou Baulmes voire peut-être Nyon, ce qui serait amusant. Bon quand je dis amusant, peut-être que les servettiens auront un autre point de vue et préféreraient rencontrer l’an prochain UGS, Carouge ou mieux encore le Racing, incapable de battre une équipe de neuchâtelois, ce qui peut prêter à rire.

Mais revenons à Baulmes, où j’arrive en retard de dix minutes en ce samedi ensoleillé. J’ai taillé la route au volant de mon bolide japonais en angoissant quelque peu de devoir aller me garer à Vuiteboeuf puisque le FC Baulmes a la réputation de parvenir à drainer cinq fois la population du village pour un match. Le jour où le São Paulo Futebol Clube provoque un tel engouement, on pourra faire un beau tifo avec les 100'000'000 de spectateurs présents. Ca fait rêver.

Je trouve une place à cinquante mètres du terrain, bénissant Swissconne d’avoir réussi en si peu de temps à faire de la Coupe une compétition sans âme. Quelques bruissements de tambour, un vague brouhaha et le fameux son du ballon rebondissant joyeusement sur l’herbe grasse d’un terrain de campagne si cher à Philippe Dubath parviennent à mes oreilles. L’ambiance est torride.

Je constate avec nostalgie qu’à Baulmes, on a remplacé les cageots par de véritables marches en béton ; les fameux cageots de Baulmes, presque aussi célèbres que les petits pots de fraises de Wimbeldon, tout fout le camp !!! En perdant son côté pittoresque, le club du pied du jura semble aussi avoir perdu son public, puisqu’à peine 1500 personnes se sont déplacées à Sous-Ville, dont probablement un bon tiers de sympathisants lausannois. Il faut dire que dans ce coin de pays, on est pas ultra, on est pas supporter, on est même pas partisan. On est sympa. Et on aime le saucisson.

Ce match sera le match des matchs dans le match. Record de « match » dans une seule phrase largement battu, et figure de style lamentable en protestation contre le fait qu’on m’ait collé la rédaction du CR sur le dos avant même d’avoir pris le temps de me dire bonjour. Match entre annonceurs d’abord : Celui du Lausanne-Sports ayant eu la brillante idée d’imprimer un logo absolument illisible. On a bien mis une mi-temps pour parvenir à le déchiffrer alors que les joueurs lausannois jouaient dos contre nous. Pour lui rendre hommage, il s’agit donc de Novagest (enfin, je crois…) qu’on remercie chaleureusement pour son soutien apparemment totalement désintéressé puisqu’il ne tient pas à être reconnu. Face aux protégés de Novagest, les baulmérans étaient floqués d’un magnifique « plomb » de saucisson vaudois. Pour ceux qui comme moi avant ce match ignorent ce qu’est un « plomb », il s’agit tout bêtement d’une sorte de sceau authentifiant la provenance du fameux saucisson vaudois. En gros, sans plomb, c’est pas super. Donc après l’homme-patate de Collombey de funeste mémoire, c’est toute une équipe de boutefas, saucisses au choux et saucissons vaudois qu’on s’apprêtait à bouffer, même si tout cru c’est dégueulasse. On prend les paris sur les prochaines trouvailles culinaires de nos adversaires de Coupe, mais on aura du mal à se remettre si on a droit à une équipe de mecs coiffés en choucroute.

Dans le rôle du cornichon, le gardien remplaçant Dos Santos aura droit à une mention spéciale. Après avoir remplacé le titulaire sorti sur blessure au grand soulagement du public local tant il paraissait à l’aise, son bouche-trou suppléant se fit l’auteur de très belles parades avant de tenter le geste susceptible de le faire entrer dans les mémoires et ce juste devant nous. Sur une sortie devant Drago qui comme tout footballeur bien élevé prit soin de l’éviter, le temporaire simula l’arrachement de la moitié du lobe frontal, la triple fracture de cervicales et l’embolie pulmonaire. Après quelques minutes d’agonie, il eut la présence d’esprit d’en faire un tout petit peu moins. Heureusement pour lui, car on sentait les soigneurs prêts à lui faire une trachéotomie en direct dans les cinq mètres.

Jusqu’ici Lausanne avait fait une très bonne première mi-temps, sans parvenir à concrétiser, puis avait comme à Echallens baissé pied progressivement avant de friser carrément la correctionnelle, Njanke ratant le but vide à trois mètres en milieu de deuxième période. Ce renversement total de situation était peut-être aussi dû à la bise violente et glaciale soufflant dans notre dos et propre à refroidir les ardeurs des membres du BWFK et vice et versa. Point de membres hardis donc, point de Taylor Rain non plus, juste Cora qui s’était préparée pour un anniversaire de mariage, mais cela n’a évidemment rien à voir.

Le match dans le match entre les groupes de supporters n’atteint pas non plus des sommets, restant bien sagement au pied du Jura. Côté Lausanne, une petite vingtaine de BWFK et la moitié de RL constituaient l’effectif « actif » des supporters lausannois, apportant un soutien modeste en début de match avant de connaître quelques bons moments en fin de rencontre, accompagnés de quelques satellites plus ou moins frais et bruyants. Pendant ce temps, la grande majorité silencieuse des lausannois mâchonnait des frites molles en tribune. Côté Baulmes, la fréquentation et la proximité d’Yverdon aurait pu faire des ravages. De loin on dirait un peu les Vert-Play en bleu, mais en moins péquenot, plus bruyant, plus actif et finalement largement meilleurs. Même si le répertoire de chants est un peu ringard, ça reste pas mal pour de la première ligue.

Les prolongations tant redoutées, ont permis de retrouver un semblant d’atmosphère de coupe, un peu grâce au fameux Dos Santos, qui en plus d’avoir eu la présomption d’espérer éliminer le grand Lausanne, se lança dans un périlleux bras de fer verbal avec Martin qui le chambrait depuis la fameuse scène de la mort du héros qu’il nous avait interprété en fin de deuxième mi-temps. Autant dire que le pauvre homme partait doublement battu d’avance et que le plaisir de voir le ballon rentrer deux fois dans la cage de ce Dida de clapier n’eut d’égale que la cocasserie de ses tentatives de répliques au gros Martin déchaîné.

On attend donc avec impatience le tirage des huitièmes, sans faire la fine bouche sur cette victoire certes difficile mais contre une bonne équipe. Et puis on sait ce qu’était la Coupe, il fût un temps où on allait se faire éliminer à Monthey grâce à cette pine de Viret, à Fribourg ou à Collombey. Ce n’est pas parce que la Coupe est devenu un machin publicitaire de merde qu’on aura pas de plaisir à la ramener à Lausanne après avoir éliminé Sion, Bâle, Zurich et Servette. Ah non, Servette n’a plus. Roooh…

Gnome


[ poster un commentaire ]
article posté le 21/10/2007 21:21 imprimer cet article version pdf

  • Galeries en rapport avec ce match:
  • Galerie FC Baulmes - LS (Coupe)
    [ poster un commentaire ]
      Pseudo    
      Pwd   
      créer un compte
      password oublié
     
    déplacements
     
    retour au sommet de la page

    infos - contacts - site officiel  

    réalisation BWFK 2004