rejoins-nous
Inscris-toi à notre liste de distribution et reçois toutes les infos du groupe par mail.
 
Blue-White Fanatic Kop
Case Postale 141
1018 Lausanne 18
079 - 726 83 05
CCP 10-13627-3
info@bwfk.com

- - - -
facebook - inscriptions - forum ls - classement - live radio
Saison 2004-2005
Carouge - LS (2e tour finales; retour) 3-3 (1-1)

samedi 18 juin 2005  -  Fontenette
 
Compte rendu Carouge - LS (2e tour finales; retour)
Bonheur absolu, délire total, jouissance extrême ! Lausanne est de retour en ligue nationale, on peut oublier les ligues inférieures, les formules à la con, les terrains pourris (quoique…). Lausanne va retrouver un vrai championnat, avec de vraies équipes, avec des vrais supporters qui donnent de la voix… Il était temps, on aurait difficilement supporté une saison de plus dans cet enfer de la première ligue. Et le match d’hier, l’ensemble de ces finales étaient là pour nous le rappeler et ont parfaitement symbolisé ces deux ans de traversée du désert.
D’abord ce fut Wangen, son équipe improbable, son terrain minuscule, l’accent rocailleux des autochtones. L’écueil fut passé presque sans difficulté. Puis vînt Carouge pour tenter de réduire à néant les espoirs de toute une ville. Carouge qui joua à merveille son rôle d’équipe de genevois : grandes gueules et mauvais perdants comme on les aime. Pires que le Servette, ils étaient pires que le Servette ! Sauf que l’an prochain, ils joueront dans le même championnat que les grenat pendant qu’on se tapera les voyages à Vaduz, les vahinés au bord du lac de Zurich, les eaux turquoise du Lac Majeur et les cocktails aux jus de fruits exotiques sur la route de Kriens. Adieu Carouge, on ne vous regrettera pas, on vous a même déjà oubliés.
Mais commençons par le commencement, soit ce fameux but de Bugnard qui donnait l’avantage au LS à la Pontaise, un petit 2-1 à l’arrache qui nous permettait d’aller à Genève plus ou moins confiants. En tout cas d’entrer sur le terrain en position de force. La récolte d’inscriptions pour le déplacement a battu son plein jusqu’au dernier moment, jusqu’à remplir à ras-bord 5 cars. Un effort exceptionnel du groupe et l’aide de très généreux amis du BWFK nous avait permis de proposer le deal de rêve à 20 balles tout compris. 250 personnes ne s’y sont pas trompés et hormis un peu de flottement avec le dernier bâtiment de la flotille tout s’est bien déroulé.
Dans le vaisseau amiral en tout cas, l’ambiance était moins tendue que prévu. Les cales remplies d’un véritable arsenal de drapeaux et étendards, ainsi que de notre arme secrète, destinée à relancer la machine LS à la mi-temps… A peine le temps de monter dans le car, de décapsuler une bière qu’on est déjà au bord du terrain de la Fontenette à chanter pour les prévenir qu’on arrive.
Pas d’attente aux caisse, peu de carougeois dans le stade, on dirait que seule Lausanne s’est mobilisée. Dans une atmosphère torride qui rappelle furieusement la finale de coupe 98, le kop se garnit peu à peu, commençant à chanter dès l’entrée du LS pour l’échauffement. On se demande bien ce qu’il peut rester à chauffer par un cagnard pareil. L’entrée des carougeois est quant à elle saluée par une bordée de sifflets délicieusement antisportive venant des deux tribunes. Le ton est donné et personne ne se fera de cadeau. Carouge jouera ce match comme à l’extérieur.
Seulement Lausanne-Sports, il y a seulement Lausanne-Sports dans les gradins. Un joli chaos de drapeaux est sorti pour le début du match, alors que la bâche « officielle » de ces finales « 1 match pour que l’histoire continue » domine fièrement la pelouse, avant de se liquéfier peu à peu, le scotch fondant sous l’effet de la chaleur.
Sous les ordres d’un arbitre insupportable, les deux équipes s’embarquent dans un match tendu et âpre. Impression renforcée par les chants continus du Blue-White, pour une fois assez bien soutenu par quelques dizaines de motivés supplémentaires et occasionnellement par les 2000 autres lausannois. Lausanne ouvre la marque rapidement sur un contre rapide de Berger, qui centre parfaitement pour Isabella. On m’avait dit les buts sont tous les mêmes, mais celui-là il faut reconnaître qu’il était extraordinaire. Explosion de joie dans les gradins, tout le monde sait l’importance de ce but qui oblige Carouge à marquer deux fois pour espérer… L’affaire semble dans le sac et les chants redoublent d’intensité. Mais il était écrit que Lausanne obtiendrait de haute lutte sa place en LNB. Carouge égalise rapidement sur un coup franc dévié.
C’est 1-1 à la mi-temps, rien n’est fait, tout peut basculer d’un moment à l’autre. Pour le retour des guerriers, nous sortons une bâche « FAITES-NOUS BANDER ! » agrémentée de ballons allongés à la forme très évocatrice. Peut-être pas très raffiné, mais tellement parlant. En fait de nous foutre la gaule, c’est plutôt la débandade lorsqu’une succession d’erreurs permet à Carouge de marquer le 2-1 et d’égaliser sur les deux confrontations. Prolongations, tirs aux buts ? Pire encore, 3-1 par bobonne à 20 minutes de la fin et les genevois qui ne se sentent plus : Une nuée de gamins envahit le terrain tout contents de pouvoir venir nous allumer un peu. Le sommet de l’idiotie est atteint par Barroso, numéro 5 de Carouge qui vient nous mimer maladroitement une branlette avec un des ballons trouvé au bord du terrain.
Au plus profond du cauchemar, nos gars vont trouver les ressources pour tenter d’y croire encore. Gimli, en capo exemplaire va trouver les mots pour nous remotiver et dans un chaos total Bugnard, encore lui !, qu’on lui dresse une statue !, marque le 3-2. La situation devient incontrôlable, dans la fumée des torches une centaine de lausannois envahissent à leur tour le terrain, quelques joueurs carougeois pètent les plombs contrairement à ce que laisse entendre ce torchon de Matin. Le temps de prendre quelques beignes, les supporters lausannois regagnent l’autre côté de la barrière et continuent de pousser dans une ambiance électrique.
A la 90ème, comme dans un rêve, Jan Berger traverse tout le terrain à grandes enjambées, dès le départ de sa course 2000 lausannois sentent qu’il sera inarrêtable, il se fait faucher dans les seize, penalty limpide, 3-3, LS est en LNB, nouvel envahissement du terrain, l’arbitre s’empresse de siffler la fin du match.
S’ensuivent tour d’honneur chaotique mené par un Boully déchaîné, distribution de maillots (par exemple Flüx a reçu celui d’Isabella, qui semble lui avoir pardonné son gag lamentable d’il y a quelques mois au local. C’est beau une promotion), pogos, mêlées. Quelques bobets locaux cherchent à tout prix à s’énerver au lieu de rentrer sagement à la maison mais aucun incident ne viendra troubler la fête. Pendant que Barroso débande aux vestiaires, les Lausannois, joueurs, dirigeants, supporters laissent éclater leur joie tous ensemble. En ordre dispersé, tout le monde rejoint la Pontaise où le champagne coule à flots, sous la grande tente. Après avoir fait le tour du répertoire de chants avec les joueurs dans une ambiance indescriptible, nous rejoignons le local pour y savourer cette deuxième promotion entre nous jusqu’à des heures indécentes.
Il ne reste que trois semaines avant la reprise, l’avenir nous appartient !


[ 2 commentaires ]
19/6/2005 - 23:17  Gnaffron
Et toi? Ton sens le plus plein c'était hier soir? :D

19/6/2005 - 22:47  Martin
Selon le Robert, le mot "Magnifique" est apparu en 1216. Il aura attendu 789 ans pour être enfin utilisé dans son sens le plus plein.

article posté le 19/6/2005 15:39 imprimer cet article version pdf

  • Autre(s) articles en rapport avec match:
  • 17/06/05 Faut que ça pête !
    14/06/05 Opération "tous à Carouge !"

  • Galeries en rapport avec ce match:
  • Galerie Carouge - LS (2e tour finales; retour)
    [ poster un commentaire ]
    2e galerie Carouge - LS
    [ poster un commentaire ]
      Pseudo    
      Pwd   
      créer un compte
      password oublié
     
    déplacements
     
    retour au sommet de la page

    infos - contacts - site officiel  

    réalisation BWFK 2004