Ephemerides
Cela s'est passé un
17 octobre...
2015Wohlen-LS (LNB) 1-2
hier autre date demain
rejoins-nous
Inscris-toi à notre liste de distribution et reçois toutes les infos du groupe par mail.
 
Blue-White Fanatic Kop
Case Postale 141
1018 Lausanne 18
079 - 726 83 05
CCP 10-13627-3
info@bwfk.com

- - - -
facebook - inscriptions - forum ls - classement - live radio
Saison 2014-2015
Lugano-LS (LNA) 1-2

dimanche 10 décembre 2017  -  Cornaredo
 
Compte rendu Lugano-LS (LNA)
Tôt dimanche matin au réveil, il neige quelque peu mais je suis bien loin d'imaginer le déroulement de cette journée qui commence. Je me rends au stade pour le départ du déplacement en direction de Lugano.

Nous partons avec un peu de retard vers 10h30 ce qui nous laisse 5h30 pour rejoindre le Sud du Tessin. Arrivés sur l'autoroute on s'aperçoit qu'il va falloir être patient car les routes ne sont vraiment pas en très bon état. On arrive enfin à Bern pour la 1ère pause de 30 minutes.

La suite de la route se corse, l'heure d'arrivée du GPS est chaque fois retardée et le compteur a de la peine à dépasser les 60 km/h. L'heure d'arrivée indique la mi-temps et les conditions de route ne s'améliorent pas, sans compter que le chauffeur doit encore faire une pause de 45 minutes. En résumé, on est très mal barré.
La perspective de ne pas voir le match se rapproche d'autant qu'à Lugano le terrain est beau vert et le match ne sera pas retardé ou renvoyé. L'autre problème pour les 3 tarés du BW c'est que lors de l'après-match contre Bâle durant une nuit un peu arrosée, nous avions décidé de descendre à Milan pour voir le match Milan-Bologne prévu à 20h45. Nous avions déjà effectué le même détour il y a 3 ans, CR à lire ici (http://www.bwfk.com/pages/match.php?id_match=2623).

Aux alentours d'Olten, il est décidé d'abandonner le dép et de faire demi-tour. Cependant, sans aucune hésitation, le BW décide que l'on ne rentrera pas comme des cons à la maison sans avoir vu de match et que l'on se rendrait à Milan voir même Lugano ci-possible. Un petit coup d'œil sur l'appli CFF et où l'on se trouve puis le car nous lâche dans la charmante ville de Reiden.

Le programme est le suivant : Train à 14h17 à Reiden, arrivée à Lucerne à 14h55, changement de train pour le fameux Arth-Goldau puis à 15h50, 10 minutes avant le coup d'envoi train pour Lugano et arrivée à 17h17, soit aux alentours de la 60ème minute. Le "seul" problème, c'est que le Cornaredo est à 20-25 minutes à pied de la gare, il nous faut prier pour qu'un taxi soit présent à la gare.

Nouveau problème, le match doit commencer dans 10 minutes mais dans la région du Gotthard le réseau natel est catastrophique ce qui va être compliqué pour regarder le match. Le train est bondé et c'est entre 2 wagons devant les toilettes sur une étagère à valises que l'on pose le natel pour tenter de regarder le match. On assiste au 1er but d'entrée de Lugano mais évidemment on rate les 2 goals du LS avec le magnifique réseau ce qui ne doit pas trop déranger les autres passagers.

A l'approche de Lugano, la tension monte et on en oublie le match. Les chauffeurs de taxi luganais sont loin d'imaginer la pression qui se trouve sur leurs épaules. Le train arrive à l'heure à Lugano et le sprint est lancé ! 3 taxis sont devant la gare, ouf ! La tête du chauffeur de taxi lorsqu'il a vu 3 gaillards courir comme des bœufs devant son taxi était assez incroyable, il devait probablement s'attendre à un car-jacking en témoigne son "piano piano" lors de notre arrivée.

On arrive au stade aux alentours de la 65ème sous la neige où quelques indéps sont présents. Le temps de poser la bâche on se remet gentiment de nos émotions et un sentiment de fierté d'avoir réussi à arriver même pour 30 minutes domine. Le LS souffre et Lugano pousse pour égaliser mais Thomas est héroïque au but. Le match se termine "déjà" et le LS ramène 3 points extrêmement important.

Le match se termine et on organise un cortège de taxi en direction de la gare où la 2ème partie du voyage nous attend. Départ en direction de Milan pour une arrivée prévue à 19h55 avant de rejoindre San Siro pour 20h45. Evidemment, ce n'était pas la fin des problèmes puisque le train s'improvise un arrêt de 25 minutes en gare de Chiasso. C'est finalement vers 20h15 que nous arrivons à Milan.

On est moins stress mais on accélère le pas pour trouver un taxi en direction du stade. Le temps de me faire confisquer toute ma trousse de toilette par les sécus, on rentre dans le stade après 2 minutes de jeu. On est situé en face de la Curva Sud juste en dessous du parcage visiteur, la vue est pas mal du tout pour un billet à 20€. N'étant pas de grands fan du Milan ou de Bologne, on espère juste ne pas voir un 0-0. Milan marque puis se fait égaliser avant que Buen-a-ven-tura lalalalalala ne libère les 40'000 spectateurs. Au final un joli match de foot qui m'a un peu réconcilié avec le Calcio.

On retourne au centre ville pour enfin découvrir notre hôtel pour la nuit, enfin on sait qu'elle sera courte car la motivation pour décompresser après cette incroyable journée est bien présente.

Vu l'heure déjà tardive, on décide de retourner dans la même boîte qu'il y a 3 ans. L'ambiance pour un dimanche soir est bien cool et la gente féminine n'est pas mal du tout mais bien différente de chez nous.

La fin de soirée est un peu confuse puisqu'un cousin de David profitera de la plus très grande forme de notre tapette de caissier pour s'offrir un Iphone pour Noël, il a probablement de la chance de mieux connaitre les recoins de Milan que nous pour pouvoir prendre la fuite. C'est donc bien énervé que l'on rentre se coucher pour une "nuit" bien méritée.

Il y a 3 ans, notre brave David avait dû prendre le train vers 12h pour pouvoir remonter dans sa Vallée de Joux natale adorée, cette année il n'a pas pu prendre congé l'après-midi, c'est donc après 3-4h de sommeil qu'il nous quitte pendant que l'on dort encore profondément.

La journée à Milan se résumera à la désormais traditionnelle photo devant le Duomo, quelques achats et surtout la pizza accompagnée du Vino della Casa chez des chinois. Après le club de foot, c'est les restaurants qui semblent être rachetés. L'heure tourne et après une nouvelle dégustation d'un très bon vin à 4€, on tente de demander une bouteille de ce breuvage à l'emporter pour les 3h de train, la serveuse toute contente nous ouvre la bouteille et nous fourni les gobelets. La grande classe.

Le dernier problème de ces 36 heures de dép intervient en cours de route puisque le train s'arrête en gare entre Stresa et Domodossola durant presque 1h, décidément…

Mic


[ poster un commentaire ]
article posté le 12/12/2017 22:01 imprimer cet article version pdf
  Pseudo    
  Pwd   
  créer un compte
  password oublié
 
déplacements
 
retour au sommet de la page

infos - contacts - site officiel  

réalisation BWFK 2004